• 03 Travaillez à votre prospérité

    Le travail est l’essence de la vie.

    Certes, travailler n’est pas toujours excitant. C’est souvent la nécessité qui pousse les gens à rejoindre leur travail le matin pour gagner leur vie.

    Pourtant, il n’est rien de pire que l’ennui. L’oisiveté n’est d’aucun profit.

    Quand nous nous investissons dans une activité, nous oublions nos soucis et nos peines. Nous sommes dynamiques et pleins de vie.

    Il est agréable de se sentir utile et de pouvoir produire soi-même quelque chose. Une journée bien remplie est source de satisfaction.

    Remuez donc ceux qui se laissent aller à la paresse car ils ne peuvent que se desservir. Efforcez-vous d’être constructif et tâchez de toujours mener à bien ce que vous entreprenez.

    « Fais bien ce que tu fais. » Voici un précepte de la plus haute importance. Il ne s’agit pas seulement de s’impliquer dans une activité, encore faut-il œuvrer correctement.

    Que diriez-vous d’un médecin qui n’est pas sérieux dans son travail ? Croyez-vous que ses diagnostics seraient fiables ? Accepteriez-vous qu’il vous soigne ? Non, assurément.

    Vous avez envie d’avoir affaire à des gens compétents car vous savez que parfois votre vie est entre leurs mains.

    Vous n’ignorez pas qu’une longue période d’apprentissage est nécessaire à ceux qui veulent exceller dans leur travail.

    La théorie est fondamentale, mais la pratique est indispensable. Vous savez à quel point il est important de maîtriser son travail.

    L’incompétence des uns peut être cause de nuisances voire de dangers pour les autres. C’est pourquoi il faut s’entraîner longuement afin d’agir avec rapidité et habileté.

    Ne lésinez pas sur la sécurité. Prenez les mesures qui s’imposent. Vous devez vous exercer, vous exercer et vous exercer encore.

    Ne perdez pas de vue que beaucoup d’efforts sont souvent nécessaires pour atteindre un petit résultat.

    Mais votre travail ne doit pas être synonyme d’exploitation. Veillez toujours à récolter les fruits de votre labeur.

    Ne vous découragez pas. Souvenez-vous que vous êtes responsable de vos agissements et que votre activité professionnelle a directement des répercussions sur la vie d’autres personnes.

    Notre travail est bien plus facile et passionnant quand nous prenons goût à l’effort et que nous faisons preuve de compétence.

    6 Travaillez à votre prospérité

    Tout individu a des obligations.

    Ces obligations apparaissent très tôt. L’enfant ressent beaucoup de contraintes vis-à-vis de sa famille. Il découvre en effet que tout ce qu’il détient, il le doit à ses parents. Ce sont eux qui l’ont mis au monde et qui l’élèvent. Notons que les parents sont également obligés envers leurs enfants.

    Il est très difficile pour certains jeunes de se libérer du poids de leurs obligations. Ils ne savent pas toujours très bien comment exprimer leur gratitude.

    Mais il est regrettable de constater que beaucoup d’adolescents négligent de s’acquitter de leurs devoirs.

    Le plus souvent, les jeunes renoncent à leur dette morale en prétextant qu’après tout « ils n’ont pas demandé à venir au monde », « ils ne veulent pas devenir comme leurs parents », « ils ne doivent de compte à personne » ou aussi « ils vont de toute manière partir un jour ou l’autre du domicile parental ».

    Beaucoup de parents sont effondrés quand leurs enfants tiennent de tels propos. Ils se culpabilisent et se demandent où ils ont échoué dans leur éducation.

    Parfois, ils ne se posent même pas la question et accusent leur fils ou leur fille d’ingratitude.

    Mais pourquoi ces adolescents réagissent-ils ainsi ?

    Il ne faut pas chercher la cause d’un tel comportement plus loin que dans les difficultés que les enfants éprouvent à faire face à leurs obligations.

    Beaucoup de jeunes essaient de se rendre agréables et utiles, mais leurs tentatives sont souvent ignorées ou incomprises par leurs parents. Le résultat est un découragement qui entraîne le refus violent de toute responsabilité.

    Il n’est pas facile de renoncer à ses dettes morales sans être en conflit avec soi-même. Il en découle un phénomène de révolte et de perte de repères. L’âge de la rébellion chez les jeunes est caractéristique de ce malaise.

    Parfois, les adultes ont eux aussi du mal à affronter leurs devoirs. Ils sont stressés au travail, ont des ennuis de santé ou des soucis pour leurs proches. Ils sont désorientés quand ils doivent prendre leurs affaires en mains.

    Ils éprouvent alors un profond ras-le-bol et ont envie de tout quitter pour changer de vie. Mais ils savent qu’ils ne seront jamais totalement libres tant qu’ils ne se seront pas acquittés de leurs dettes.

    Beaucoup de personnes dans notre société contractent des dettes sans être sûres de pouvoir s’en acquitter.

    Elles sont alors accablées par le fardeau des obligations envers leur famille, envers leur travail et envers leurs créanciers.

    Rien n’est plus pénible et démoralisant comme situation. Ces personnes méritent d’être soutenues.

    Vous pouvez les épauler en faisant avec elles le calcul des dettes qu’elles ont contractées et qu’elles n’ont pas réglées, et en les encourageant à se débarrasser de toutes celles dont elles se sentent encore redevables.

    Alertez les gens sur les dangers de l’endettement.

    Certains nous incitent à nous charger de crédits. Ils nous font miroiter tous les biens que nous pourrions acquérir. Voici un bon conseil : ne dépensez pas l’argent que vous n’avez pas.

    Dissuadez vos amis de contracter des dettes dont ils ne pourront pas s’acquitter.

    Il convient au contraire d’économiser autant que possible. Car aujourd’hui tout va bien, mais peut-être que demain un imprévu nous mettra dans l’embarras. L’économie met à l’abri du besoin.